femme-créatrice

Vivre de son activité de créateur n’est pas toujours simple, surtout lorsqu’il s’agit de se lancer. Avoir ses premiers clients, et leur produire ce qu’ils attendent vraiment peut être déroutant. Si, à la fin de vos études, vous vous lancez directement en freelance, la marche est encore plus haute. D’un point de vue légal, déjà, il faut être au clair sur votre statut, et sur vos droits, devoirs, et obligations. N’hésitez pas à vous renseigner sur ce point avant de contacter vos premier clients, vous pourrez trouver ici tout ce qu’il faut savoir pour être au clair sur ce sujet. Ensuite, il faut trouver votre espace de travail. Pour moi, deux solutions s’offrent à vous. Vous pouvez travailler à domicile, ce qui vous offre votre confort, mais, en contrepartie, vous impose une rigueur plus grande. Cela implique aussi que vous serez sûrement amenés à accueillir des clients chez vous, ce qui nécessite un aménagement et une habitation plus grande et toujours bien tenue. La deuxième solution, ma préférée, est de louer un espace de co-working pour votre activité. Ainsi, vous pouvez voir du monde, avez un endroit neutre où recevoir les clients, et vous efforce à tenir un emploi du temps.

Travail-chez-soi

Avoir ses premiers clients

Avoir ses premiers clients est toujours le plus compliqué. Si les premiers sont satisfaits, le bouche à oreille se crée, et les clients finissent par venir d’eux même, sans forcément avoir besoin de communiquer sur votre activité. Pour les premiers, il va vous falloir démarcher. Soit selon votre carnet d’adresses crée précédemment dans une entreprise passée, soit directement auprès de particuliers ou d’entreprises potentiellement intéressées. Avoir un book ou un porte-folio, aller directement à la rencontre de clients potentiels, et pratiquer, dans un premier temps, des prix inférieurs à la concurrence, peuvent être de bons outils pour démarcher vos premiers clients.